Concert #1 – Arcade Fire au Zénith de Paris

Lorsqu’une amie a souhaité me les faire découvrir, j’ai été surprise en les écoutant, voire même réticente. Cette voix particulière, ces chansons dont j’ignorais où elles voulaient m’emmener. Il m’a fallu de la persévérance et je suis définitivement tombée dans la marmite arcadienne. Aujourd’hui, cela fait bien cinq ans.

Après une première rencontre live avec eux en juillet 2011, à l’occasion du Main Square Festival d’Arras, me revoilà à Paris le 3 juin, rien que pour eux !

P1120298

C’est en hauteur, bien en face que j’aurai le bonheur de suivre ce concert. Après une journée de travail, chargée comme un bourricot, j’étais ravie de pouvoir poser mon bazar plutôt que d’être en fond de fosse, bien pleine à quelques minutes de l’entrée en scène des Canadiens. Il fait une chaleur de dingue, mais je n’ai qu’une hâte, me prendre un plein de musique live dans les oreilles.

Puis ils arrivent. La bande. Derrière le rideau d’abord, qui finit par se lever pour laisser à vue ce bordel organisé qui les caractérise. Ils sont tous là, eux et leur orchestre. Un absent malgré tout, leur orgue.

P1120301

[Cliquez sur les titres en bleu pour voir des vidéos !]

Ils ouvrent sur Reflektor, titre éponyme de leur quatrième opus et Flashbulb Eyes. Cela met gentillement dans l’ambiance, je commence à chanter les refrains, remuer comme il faut. Tout le monde est debout, et content d’être là. Cela démarre doucement, mais je savoure déjà en me disant que le meilleur ne peut que venir.

Je suis heureuse de reconnaître les premières notes rock de Neighborhood #3 (Power Out) qui d’ailleurs, semble enchanter le public. Je l’ai tout de même trouvé un peu fade par rapport à ce qu’ils avaient fait de cette chanson en festival. Disons que je les ai davantage vu vivre leur chanson pour eux, plutôt que de la transmettre au public. Ils se rattrappent avec Rebellion (lies), que tout le monde entonne. Je ne le dirai jamais assez, mais un public tout entier qui chante m’a toujours procuré une immense émotion. Petit hic (oui, désolée!) Arcade Fire a joué peut-être un peu trop fort au détriment des voix. Il n’empêche que Rebellion a cette saveur particulière en live, ainsi que pour moi, qui ait découvert le groupe avec cette chanson.

P1120308

Elle est floue mais j’aime ma photo 🙂

P1120311

Vient Joan of Arc, qui avait attiré mon attention lors de la découverte de l’album Reflektor. J’ai aimé sa stature et son énergie live. J’ai retrouvé ce qui m’avait plu lors de sa découverte, avec le petit plus live. Suit Rococo, ma chanson « dent de scie », que j’ai du mal à cerner, surtout en concert. Ce soir-là, je n’étais pas dedans même si elle a quelque chose de mystique qui ravive toujours un peu la flamme. Je crois que les violons jouent leur rôle pour le coup. J’ai aimé regarder mon petit monde pendant qu’ils la jouaient, et je me fais toujours cette réflexion, cette chanson a tendance à posséder les gens. C’est amusant.

P1120316

Et là, c’est le drame (promis, après, j’arrête de râler !) : Month of May. Cette chanson, que j’ais enfin apprivoisé au Main Square est devenue un ramassis de nawak ce soir-là. C’était ni plus ni moins que du bruit. Je n’ai pas compris, venant de ces perfectionnistes du son, de la subtilité ! A peu de choses près, je me serais bouchée les oreilles. Pourtant, elle a un potentiel live ! C’est tellement dommage. Bref, The Suburbs vient sauver mes tympans. Même si cette chanson n’est pas la plus idéale en condition de concert, elle est arrivée au bon moment. Les gens autour de moi ont commencé à s’asseoir… pour se relever aussitôt sur Ready to start. Une de mes chouchoues, qui demeure impeccable !

P1120319

P1120320

P1120321

Je crois que c’est à partir de ce moment que j’ai retrouvé le groupe que j’ai tant de plaisir à écouter. Neighborhood #1 (Tunnels), Ocean of Noise qui ont une saveur toute particulière à mes oreilles, par leur intensité, leur musique, ce qu’elles racontent. J’ai particulièrement aimé ce moment, que je me suis approprié. J’ai eu l’impression de me retrouver seule avec eux à ce moment. C’était un sentiment très agréable, je me suis évadée sans rien demander à personne, sans véritablement m’en rendre compte. La magie opérait.

Et là sans prévenir, une version alternative de My Body is a Cage, qui est pour moi un hymne. Bon, le manque de l’orgue se fait véritablement sentir, je sens le chanteur Win pas trop dans son interprétation, mais comme c’est je l’entends enfin en vrai, je relativise et je savoure, un peu (pardon, j’ai encore râlé !).

Qu’ils continuent avec We Exist est une bonne idée. Si les classiques arcadiens me font davantage vibrer, je suis ravie de découvrir leurs nouveaux titres sur scène. Et là, c’est la mise en scène, qui rappelle incontestablement le clip, qui est à saluer. Une performance de danse qui attire le regard. Ça reste sobre tout en étant excentrique à la fois. Ça va de soi, ça coule tout seul.

P1120323

P1120322

P1120324

No Cars Go et Haïti marquent un bon retour aux sources et ça plaît au public qui vit intensément ce qui se passe. Moi, la première. Et pourtant, je retiens rarement Haïti dans mes choix de playlists. Pourtant, sur scène, il se passe toujours quelque chose. L’effet Régine Chassagne sans doute.

Afterlife est une grosse révélation live. Je me suis éclatée à les écouter, eux et la musique (les percussions bon sang <3) à chanter, à observer l’ambiance sur scène et autour de moi. L’ambiance est à son maximum.

P1120331

P1120334

It’s never over, qui a beau mettre Régine en valeur, ne m’a pas marqué plus que ça. En revanche, son Sprawl II (montains beyond mountains) m’a réveillé et j’étais franchement heureuse de l’écouter. Aucune fausse note, au top, elle est parfaitement interprétée et je tire mon chapeau à la brunette !

P1120339

P1120340

Gros nawak avec des faux Daft Punk qui nous pondent un Get Lucky au ralenti. Je cherche encore le pourquoi du comment. Mais soit. Je préfère largement le Normal Person qui suit. La ligne de basse, le rythme de cette chanson prend aux tripes. J’ai regretté de ne pas être en fosse à ce moment pour sauter comme un cabri ! C’était terrible !

P1120342

P1120345

Controversy de Prince et Here Comes the Night Time sont ensuite interprétées. Sur scène, le groupe est muni de gros masques rigolos. Ça me rappelle le Zoo TV de U2 (rien à faire, il faut toujours que je les replace quelque part !), c’est sympa. C’est très festif, les confettis pleuvent, c’est très beau à voir, tu remues parce que c’est vraiment entraînant… Mais musicalement, ça me parle quand même moins.

P1120350

P1120351

P1120355

P1120359

P1120358

En fait, je n’attends qu’une chose…

Les cuivres qui se font entendre, la foule qui comprend, les percussions qui s’animent, et les « oh oh oh oh oh… » de Wake Up. Pour un final, ça ne pouvait pas tomber mieux, cette chanson se vit tellement qu’elle prend tout son sens, là, maintenant.

P1120361

***

En définitive, j’ai trouvé ce concert très équilibré, mettant à la fois les chansons du nouvel album à l’honneur tout en célébrant toutes celles qui font qu’aujourd’hui, ils sont aimés. Les jeux de lumière étaient à leur image, simples, nuancés, recherchés. J’aime toujours autant leur bordel musical, le fait qu’ils soient dans leur petit monde tout en sachant très bien ce qu’ils font.

J’ai moins aimé qu’ils nous parlent si peu, le manque de communion avec le public, la transmission de ce qu’ils savent faire de mieux : composer et y apposer leurs mots et leurs notes. j’ai moins aimé qu’ils se laissent trop emporter et surveillent peu le son à certains moments.

Les revoir m’a fait un bien fou. Ce soir là, j’apprenais également mon admissibilité au concours de professeurs des écoles. Cette soirée musicale de deux heures m’a libéré d’une certaine pression que je gardais en moi, et m’a boosté pour la révision des oraux.

Finalement, vivre un concert nourrit les émotions et nous fait sentir plus vivant que jamais ! Alors merci!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s